Les origines


Le style Yoseishin Nippon Karate Do a vu le jour le 17 avril 2016 à Québec devant une assemblée de ceintures noires.

 

L’influence du karaté que l’on pratique actuellement a été hautement inspirée par Sensei Giancarlo Borelli Lucchesi qui a fondé le Yoseikan Karaté Do, par Hanshi Marc Asselin qui en a assuré le développement et Kyoshi Louise Chevalier, 8e Dan, qui a continué la mission poursuivie par ses maîtres.  Cette dernière, aidé par son élève Shihan Steve Dorion, 6e Dan, se lance dans une démarche de recherches de l’origine des kata du style pour en faire évoluer celui-ci d’où l’étymologie de Yoseishin :  « Développer la voie du karaté japonais dans un esprit de droiture ».

 

 

Généalogie simplifiée de Yoseishin :  

Les fondateurs ont suivi le concept d’apprentissage traditionnel japonais Shu ha ri dans la maîtrise de leur karaté et ce, depuis 1975.

 

 

            Shu :  Entrainement uniquement à la technique (suivre les règles): «je le fais»
  Ha : Liaison de la technique à l'esprit en tant que dimension consciente (comprendre les règles):   «je le pense»
  Ri : Changement de la liaison entre technique et esprit qui devient non conscient (se détacher des règles, adapter):  «je le sens»

Les valeurs fondamentales de Yoseishin :

  • La continuité d’une philosophie de droiture ;
  • Le respect des traditions martiales ;
  • Un esprit d’ouverture « qualité maîtresse d’un dojo, c’est ce qui fait la force d’un style » pour adapter notre karaté à la réalité d’aujourd’hui tout en conservant nos origines ;
  • L’étiquette japonaise (parler le même langage dans les dojo) ;
  • Le respect de soi et des autres, la loyauté, l’honneur, l’intégrité, la rigueur, l’humilité, et la fierté.
  • L’esprit d’unité (le sens de la famille) ;
  • Développer un sentiment d’appartenance ;
  • La recherche des origines dans les kata, la recherche du mouvement et du perfectionnement (enseignement de qualité).

 

Les fondateurs


Kyoshi Louise Chevalier

Kancho

Cofondatrice du Yoseishin Nippon Karate Do

Directrice technique et responsable du Comité de certification

 

Louise Chevalier évolue dans le monde des arts martiaux depuis plus de 45 ans.

 

Tout a commencé en novembre 1974 à la suite du spectacle « Le monde fantastique des Arts Martiaux » présenté au Colisée de Québec; émerveillée par ce qu’elle y voit, elle adhère au karaté en janvier 1975, sous la tutelle d’Hanshi Marc Asselin alors élève de Sensei Giancarlo Borelli-Lucchesi, président-fondateur du Yoseikan Karaté Do.  Dès la ceinture verte, Hanshi Asselin reconnaît en elle des talents de technicienne et, dès lors, ce fut le début d’une longue carrière d’enseignement.

 

C’est en décembre 1977 qu’elle reçoit des mains de Sensei Giancarlo Borelli-Lucchesi, sa ceinture noire.

 

Grande compétitrice dans l’âme, elle se démarque sur la scène nationale et internationale en prenant part à de nombreuses compétitions en tant que participante ou arbitre et remporte plusieurs prix (1976-1995).

 

En juin 1980, elle obtient son 2e degré de ceinture noire et, son 3e degré, en 1983.

 

Très impliquée au sein de l’organisation, c’est lors de l’Assemblée générale de ceintures noires de la Fédération, en septembre 1983, qu’elle sera élue au poste d’administrateur du Conseil d’administration et membre du Comité des grades.

 

En avril 1984, elle fait partie de l’équipe de démonstration au Championnat international de la Côte d’Ivoire (Abidjan) en Afrique.

 

En 1986, elle devient membre de l’équipe d’élite Yoseikan et remporte une première place en kata au Championnat de l’Est du Canada, toutes catégories.

 

C’est en juin 1987 lors du stage annuel intensif de 5 jours tenu à la base de plein-air du Lac Sergent à Québec qu’elle devient la première femme du style Yoseikan à passer son grade de 4e Dan.  En juillet, elle est déclarée triple médaillé d’or aux Jeux du Québec.  Durant la même année, la P.K.L. (Professional Karate Leage) la classe au 3e rang au Canada en combat et au 4e rang en kata armé.  À la même période, elle fait également partie de l’équipe féminine Yoseikan pour la rencontre USA-Canada tenue à Boston.

 

En juillet 1989, elle participe au stage Yoseikan-Budo International dispensé par Maîtres Minoru et Hiroo Mochizuki (père et fils) à Marignane, Marseille.

 

En juin 1991, lors du stage annuel tenu à la station de plein-air Le Saisonnier à Lac Beauport, Hanshi Marc Asselin lui remet son grade de 5e Dan et, durant la même année, elle est couronnée Grande championne en kata toutes catégories au Championnat de l’Est du Canada.

 

En mai 1993, elle participe au séminaire de la World Kobudo Federation tenu à Charlesville-Mézière en France, dispensé par différents grands Maîtres.  De plus, elle est nommée directrice technique pour la région de Québec et membre du Comité technique de la Fédération.

 

En novembre 1994 et 1995, elle fait partie de l’équipe de démonstration Yoseikan au Budo Show (la nuit des Arts martiaux) organisé par Sensei Jean Frénette, Champion du monde en kata musical tenu à l’Auditorium de Verdun.

 

En mai 1995, elle est sélectionnée pour faire partie de l’équipe féminine du Championnat du Monde, en Yoseikan-Budo International, tenu à Brigue-Fiesh en Suisse (sept pays étaient représentés) et l’équipe Yoseikan remporte la médaille de bronze.

 

En avril 1996, elle est membre de l’équipe de démonstration de la Fédération et, également, nommée ambassadrice afin de représenter la place des femmes dans le monde des arts martiaux à Abidjan en Côte d’Ivoire.

 

C’est en novembre 1997 qu’elle recevra son 6e degré devant le Comité des grades de la Fédération.

 

Elle participe en 1999 à la convention de la World Kobudo Québec tenue au Centre des congrès.

 

En novembre 2000, à l’Hôtel Quality Inn, centre-ville à Québec, Hanshi Marc Asselin lui décerne le titre de Shihan pour ses 26 ans de pratique au sein de la Fédération et, en novembre 2003, il lui remet son grade de 7e Dan.

 

Elle consacre une grande partie de sa vie à la pratique et à l’enseignement du karaté toujours au côté d’Hanshi Asselin au Dojo Central de la Fédération où elle a formé avec ce dernier des centaines d’élèves et plusieurs ceintures noires.

 

En plus des stages annuels de la Fédération, elle participe et enseigne à de nombreux stages et conventions avec différents maîtres provenant de diverses disciplines d’arts martiaux.

 

En 2005, Hanshi Marc Asselin se retire de la pratique active du karaté et transfère les pouvoirs à Shihan Chevalier de directeur technique de la Fédération devenant ainsi responsable du Comité des grades.

 

En 2006, Shihan Chevalier exercera au Dojo Lebourgneuf avec son élève Shihan Steve Dorion.

 

En mars 2008, on lui rend hommage au séminaire « Québec Classique d’arts martiaux » tenu à l’hôtel Château Laurier à Québec et organisé par Hanshi John Therrien, 9e Dan, de la Word Kobudo Federation.

 

Le point culminant de sa carrière se passe en novembre 2008, alors qu’Hanshi Marc Asselin lui décerne le grade de 8e Dan ainsi que le titre de Kyoshi.

 

Le 31 mai 2014, lors du 40e anniversaire de la Fédération Yoseikan Karaté Do, cette dernière lui rend un hommage tout particulier en reconnaissant sa ténacité, son courage, son savoir-faire, son sens de la perfection et souligne le fait qu’elle est la première femme à atteindre un si haut niveau.

 

En octobre 2015, Kyoshi Chevalier et Shihan Dorion quittent la Fédération Yoseikan Karaté Do pour créer le Yoseishin Nippon Karate Do d’où l’étymologie est :   Développer la voie du karaté japonais dans un esprit de droiture.

 

L’influence du karaté qu’elle pratique actuellement a été hautement inspirée par ses maîtres, Giancarlo Borelli et Marc Asselin.

 

La nouvelle organisation à but non lucratif « Association Yoseishin Nippon Karate Do » a vu le jour en janvier 2016 et a pour actif 7 dojo et 10 autres sous la gouverne de Sensei Vincent Yaï, 5e Dan, en Côte d’Ivoire.

 

Depuis septembre 2017, Kyoshi Chevalier est présidente du Conseil d’administration de cette Association.

 

En février 2018 à Kingston, Ontario, elle reçoit des mains d’Hanshi Ken Tallack, ceinture noire 9e Dan, représentant officiel au Canada de la Dai Nippon Butoku Kai (DNBK), une organisation créée en 1895 sous l’autorité de la famille Impériale japonaise, le prix des Bâtisseurs pour avoir consacré sa vie à la pratique et à la préservation des arts martiaux par l’enseignement et le maintient des traditions.

 

C’est en avril 2018, qu’elle se rendra à Abidjan en Côte d’Ivoire, accompagnée de son élève Shihan Dorion, pour implanter les structures.

 

Le 20 novembre 2018, Hanshi Ken Tallack, à titre de représentant de la famille Impériale du Japon de la DNBK, lui remettra un diplôme lui décernant le titre de Kyoshi.

 

Kyoshi Louise Chevalier continue à travailler au perfectionnement de son art, en gardant une ouverture d’esprit pour s’inspirer des meilleurs éléments des différents styles traditionnels. Tout en respectant les valeurs des lignées martiales ancestrales, elle contribue de faire de l’Association Yoseishin Nippon Karate Do un style de qualité en formant de bons karatékas et en transmettant ses connaissances avec respect, discipline, rigueur et humilité, de même qu’à inculquer à chaque karatéka un fort sentiment d’appartenance.  Les arts martiaux sont sa philosophie de vie.

 

Shihan Steve Dorion

Cofondateur du Yoseishin Nippon Karate Do

Membre du comité de certification

Membre du comité technique

 

Shihan Steve Dorion pratique les arts martiaux depuis 1985.  Il débuta ses premiers cours de karaté dans une activité parascolaire avec Kyoshi Réjean Bussières. Outre l’enseignement du Yoseikan Karaté-Do traditionnel, c’est la vision, la pratique et l’ouverture sur les différents styles d’arts martiaux de ce dernier, qui pousse et inspire le jeune karatéka à aller de l’avant avec cet art.

 

À partir de ce moment, c’est au Dojo Central Yoseikan, sous la supervision de Hanshi Marc Asselin et de Kyoshi Louise Chevalier, que sa passion se développe. Faisant partie des équipes de démonstration et de compétition junior, il se rendra de Toronto jusqu’à Boston pour gagner les précieux trophées. C’est en mai 1997 que le comité des grades de la Fédération Yoseikan Karaté-Do lui remet sa ceinture noire. Par la suite, pratiquant toujours le karaté, il s’intéresse au Iaïdo. Kyoshi Jacques Fournier lui décerna le grade de Shodan en mai 1999. À pareille date, il obtiendra son 2e dan de karaté des mains du fondateur du Yoseikan, Maître Giancarlo Luchessi Borelli.

 

Toujours en 1999, il est nommé coordonnateur de l’équipe de compétition de la Fédération Yoseikan et s’occupe de l’équipe de démonstration de la Fédération avec son partenaire de toujours, Shihan Rudy Duquet. Avec ce dernier, il commence à pratiquer le Yoseikan Jiu-Jitsu et il suivra des cours d’acteur-cascadeur avec ses élèves élites. On le verra également sur scène dans des prestations professionnelles avec son acolyte Shihan Duquet dans des spectacles au Centre des congrès de Québec. Le congrès des informaticiens, les remises de prix Fidéïdes et le spectacle du Sommet des Amériques de 2001 sont des productions où l’on a pu le voir en action.

 

L’ouverture vers les autres arts découverts dans les conventions de la World Kobudo l’amène à Hull, en Autriche et en France où il se produira en spectacle et où il montera sur le podium à toutes ses participations à la coupe du monde WKF. Il obtient le degré de 3e dan en mai 2002. C’est en 2004 que sera présenté la première du film Les Dragons Rouges mettant en vedettes Sifu Jocelyn Toy et auquel, les Shihan Dorion et Duquet et les élèves élites y seront vus dans un petit rôle d’action et scènes de combats.

 

Avec l’expérience de la participation à une quinzaine de compétitions par année depuis 1987, il s’implique dans l’organisation du Championnat de l’est du Canada avec Hanshi Marc Asselin. Ce dernier lui cédera les reines à partir de la 27e édition en 2006.

 

C’est en mai de la même année qu’il recevra son 4e Dan devant le comité des grades. Il enseigne déjà avec passion depuis 1997 au Dojo Central, et suite à la fermeture de ce Dojo en 2006, il se retrouve au Dojo Lebourgneuf. Il en prendra la responsabilité en 2007 et organisera, cette même année, un camp d’été pour son dojo. Son envie d’implication grandissant, c’est lors de l’assemblée générale des ceintures noires de la Fédération Yoseikan de septembre 2008, que Shihan Dorion sera élu par acclamation au poste d’administrateur au sein du conseil d’administration.

 

C’est en novembre 2008, des mains d’Hanshi Marc Asselin 9e Dan, qu’il recevra son titre de Renshi. Toujours actif en tant que compétiteur et arbitre, Shihan Dorion, participe encore, à ce jour, à plus d’une vingtaine de tournois par année. Il est d’ailleurs sacré pour la seconde fois, le meilleur compétiteur de la Fédération Yoseikan à la fin de la saison 2008-2009.

 

Le 10 décembre 2011, il reçoit son 5e Dan suite à une excellente performance devant le comité des grades ! Shihan Dorion a à coeur les traditions et c’est pourquoi chaque année, il fait un entraînement spécial avec ses maîtres, soit Hanshi Asselin et Kyoshi Chevalier.

 

En 2013, il est nommé pour faire partie du comité des grades de la Fédération Yoseikan ! Une simple logique dans son cheminement martial et dans son désir d’implication personnelle et d’uniformisation des techniques et katas du style.

 

Toujours excité de compétitionner, en juin 2013, il sera couronné triple médaillé d’or aux Championnats Canadiens WKA.

 

C’est devant le comité des grades de Iaïdo, avec Kyoshi Jacques Fournier en tête, le 4 mai 2014, qu’il réussit sont examen de 2e dan de cette discipline.

 

Lors du 40e anniversaire de la Fédération Yoseikan, le 31 mai 2014, des mains de sa lignée martiale complète:  Borelli / Asselin / Chevalier / Bussières, il sera nommé Shihan devant les 400 personnes présentes à cette superbe soirée de retrouvailles.  Selon la littérature, le Shihan est celui qui, avec son expérience, peut aider et conseiller les instructeurs.  Il est l’instructeur des instructeurs, il est accompli techniquement et mentalement et il est sur le chemin de la maîtrise.

 

Même après 30 ans dans le domaine, il est continuellement à la recherche de nouvelles expériences martiales. C’est pourquoi vous voyez continuellement Shihan Dorion dans différents séminaires et conventions d’arts martiaux, parfois pour y enseigner, mais surtout pour apprendre…